Résumé du projet

Le mécanisme de réduction des risques de crédit (CRAF) est une initiative mise au point par le Fonds de développement de la CARICOM (CDF) en collaboration avec le Secretaria da CARICOM, la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) et d’autres partenaires clés de mise en œuvre et de la stratégie. L'objectif principal du CRAF est d'inciter l'octroi de prêts supplémentaires aux petites et moyennes entreprises (PME) pour des projets d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique dans les Caraïbes.

Le financement actuel des projets d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique est entravé par plusieurs facteurs : un manque perçu de demande des PME, une compréhension limitée de la technologie et des économies potentielles pouvant être réalisées grâce à de telles interventions (du côté des financeurs et des propriétaires de PME), un marché local relativement sous-développé, y compris les entreprises de services énergétiques, un manque de garanties ou de ressources de trésorerie des PME, et une certaine crainte de prendre des risques de la part des financeurs dans le cadre d’octroi de crédits aux PME pour de telles interventions.

Le CRAF cherche à surmonter ces obstacles par une approche intégrée : en fournissant une garantie de risque de crédit aux financeurs et d’assistance technique pour renforcer les capacités des PME, des financeurs et de plusieurs autres acteurs du marché, y compris des sociétés de services énergétiques.

La première phase du projet a été entreprise par les consultants Camco Clean Energy et s'est articulée autour d'une étude de faisabilité et de conception initiale, concentrée sur cinq pays des Caraïbes : la Jamaïque, le Belize, le Suriname, la Barbade et Sainte-Lucie. La société de conseil a examiné le marché de l'énergie à faibles émissions de carbone dans la région e et s'est interrogée sur les formes d'intervention susceptibles d'encourager l'adoption de l'énergie renouvelable et améliorer l'efficacité énergétique dans le secteur des PME.

Le principal résultat de la phase 1, qui s'est déroulée de février à juillet 2018, est une conception proposée pour le CRAF, composée de trois éléments principaux :

  1. Un instrument de risque de crédit (IRC) pour stimuler l'octroi de prêts supplémentaires – en souscrivant jusqu'à 80 % d'un prêt destiné à des projets d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique, l'IRC atténuerait le risque de perte en cas de défaillance d'un emprunteur
  2. Un mécanisme d'assistance technique destiné à développer le marché en aidant les acteurs locaux tels que les PME, les sociétés de services énergétiques et les financeurs à renforcer leurs capacités, et
  3. Un programme de suivi, d'évaluation et d'amélioration progressive.

En juillet 2018, les principaux intervenants régionaux ont validé et approuvé ces éléments de conception de base lors d'un atelier tenu au Suriname, ce qui a ouvert la voie au lancement de la phase deux du projet.

En septembre 2019, Camco Clean Energy a été engagée pour assister le CDF dans la phase 2 de la mise en œuvre du CRAF. La phase 2 visera à terminer les principaux éléments de conception du CRAF, notamment un programme d'assistance technique (TAP), un instrument de risque de crédit (CRI) et un cadre de contrôle et d'évaluation. En outre, Camco aidera le CDF à lancer un pilote CRAF opérationnel et capitalisé dans au moins deux pays de la CARICOM - à choisir entre la Barbade, le Belize, la Guyane, Sainte-Lucie et le Suriname. 

La préparation du pilote pour son lancement impliquera la finalisation de la conception institutionnelle, de la gouvernance et de la structure organisationnelle du CRAF, y compris la rédaction de toutes les politiques et procédures associées et de la documentation juridique. Cela nécessitera également la préparation d'un premier pipeline de transactions, ainsi que l'identification et les signatures d'un premier ensemble de participants et de fournisseurs de services énergétiques. Le projet pilote du CRAF devrait être lancé au plus tard en septembre 2020 et devrait se poursuivre pendant 12 mois.